Humains et sang-mêlés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Humains et sang-mêlés

Message par Daezur le Sam 13 Sep 2014 - 14:30

avatar
Daezur
Admin

Messages : 410
Date d'inscription : 05/07/2014
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://montsbrumeux-sl.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Humains et sang-mêlés

Message par Daezur le Sam 13 Sep 2014 - 14:46

Les Humains

La plupart des humains descendent de pionniers, marchands, voyageurs, réfugiés et autres populations en constant mouvement. Il en résulte une grande variété, tant au niveau du physique que de la culture, des croyances religieuses et du système politique. Frêles ou forts, blancs ou noirs de peau, extravertis ou renfermés, primitifs ou civilisés, dévots ou impies, toutes tendances sont représentés au sein de la race humaine.

Parmi les races dominantes, les humains sont les plus ambitieux et ceux qui ont les plus grandes capacités d'adaptation. Chez eux, la diversité est la règle tant pour ce qui est des goûts que de la morale, des coutumes ou des habitudes. D'aucuns les accusent de n'avoir aucun respect pour l'histoire, mais vivant bien moins vieux que les elfes et autres nains, il est naturel que les humains aient une mémoire collective plus limitée que celle des autres races.

Une partie de la race humaine est native des Monts Brumeux et vous pouvez découvrir une partie de leur histoire.

Les humains mesurent généralement de 1,50 mètre à un peu plus de 1,80 mètre et pèsent de 60 à 120 kilos, les hommes étant sensiblement plus grands et plus lourds que les femmes. Leurs penchant pour les conquêtes et leur cycle de reproduction plus court que celui de la plupart des autres races expliquent leur extrême diversité d'apparence : leur peau va d'un blanc de lait à un noir d'ébène, leurs cheveux peuvent être noirs, châtains blonds ou roux (raides, ondulés ou frisés) et la barbe des hommes est plus ou moins fournie selon le patrimoine génétique. Beaucoup ont du sang d'autres races dans les veines, et il n'est pas rare qu'ils aient quelques traits elfes ou orques, par exemple. Ils s'habillent souvent de manière ostentatoire, et certains complètent leur tenue d'une coiffure excentrique, de tatouages ou de piercings. Leur espérance de vie est limitée. Ils atteignent leur majorité à 18 ans et fêtent rarement leur siècle d'existence.

Les humains se mêlent aussi aisément aux autres races qu'aux autres communautés humaines. Il en résulte que presque tous les humanoïdes les considèrent comme le "meilleur second choix possible" (après les membres de leur propre race, évidemment). Ils occupent souvent des postes d'ambassadeurs, diplomates, magistrats, marchands ou fonctionnaires.

Les humaines ne tendent vers aucun alignement en particulier, pas même la neutralité. Chez eux, le meilleur côtoie le pire.

Les territoires occupés par les humains sont en perpétuel changement, en raison du renouvellement constant des idées, de la structure sociale et des dirigeants. Les membres des autres races trouvent la culture humaine fascinante, mais aussi déconcertante et épuisante.

Les aventuriers humains sont encore plus audacieux et ambitieux que la moyenne. Certains rêvent de gloire, qu'ils peuvent gagner en amassant les richesses et en multipliant les exploits. Plus que n'importe quels autres humanoïdes, les humains sont capables de se battre pour une cause plutôt que pour un groupe ou un territoire.

avatar
Daezur
Admin

Messages : 410
Date d'inscription : 05/07/2014
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://montsbrumeux-sl.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Humains et sang-mêlés

Message par Daezur le Sam 13 Sep 2014 - 15:52

Les Demi-elfes

Les demi-elfes, les plus connus des sang-mêlé, sont représentés un peu partout. Pourtant, ils ne sont nulle part vraiment chez eux. Aussi à l'aise dans les royaumes tentaculaires des hommes que dans les paisibles retraites des elfes, ils évoluent à mi-chemin des cultures elfique et humaine, sans appartenir véritablement ni à l'une ni à l'autre. Élégants et décontractés, ils gèrent les défis de leur double ascendance avec autant de grâce que de réserve.

Les demi-elfes ont au moins un parent ou un grand-parent elfique, ou deux parents demi-elfiques. En d'autres termes, l'enfant de parents humain et demi-elfique sera presque toujours humain, à moins que son parent demi-elfique ne descende d'un ou d'une elfe de sang pur. À moins d'épouser d'autres demi-elfes ou des elfes de sang pur, une lignée de demi-elfes perd ses traits elfiques en l'espace d'une génération ou deux. Parfois, ces traits réapparaissent chez des enfants humains nés plusieurs générations plus tard, mais c'est très rare.

Les demi-elfes présentent des traits à la fois humains et elfiques selon l'espèce de leur parent elfique et les origines ethniques de leur parent humain. Les demi-elfes de la lune ont le teint pâle, légèrement bleuté près des oreilles et autour du menton. Les demi-elfes du soleil ont le teint hâlé et les cheveux dorés. Les demi-elfes sauvages ont la peau brune. Les demi-elfes des bois ont une peau cuivrée où brillent des reflets verts. Etc.

Les demi-elfes ont une histoire raciale succincte. Peu nombreux et dispersés, ils ont rarement marqué le monde de leur empreinte. Une poignée seulement d'authentiques cultures demi-elfiques ont émergé ici et là.

Les demi-elfes communs sont souvent un peu distants, habitués qu'ils sont à se voir traités en étrangers. Bon nombre réagissent à la méfiance de leurs voisins humains en se tenant à distance de la civilisation humaine, préférant vivre en ermites dans les terres sauvages. D'autres optent pour une vie d'errance, sans jamais s'attarder en un même lieu assez longtemps pour que les préjugés raciaux les éloignent des gens qui les entourent.
avatar
Daezur
Admin

Messages : 410
Date d'inscription : 05/07/2014
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://montsbrumeux-sl.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Humains et sang-mêlés

Message par Daezur le Sam 13 Sep 2014 - 18:38

Les Demi-orques

N'ayant aucun pays natal à proprement parler, la plupart des demi-orques sillonnent le monde en quête d'un sens à donner à leur vie. Ils sont invariablement issus d'un croisement humain-orque.

En règle générale, les demi-orques sont à peu près aussi grands qu'un humain et un petit peu plus massifs. Leur peau est grise avec des nuances de vert ou même de pourpre, et ils ont des sourcils tombants, des mâchoires prognathes aux crocs saillants et un nez plat aux narines épatées. Ajoutés à l'épaisse toison qui leur couvre le corps, ces traits distinctifs trahissent immédiatement leur ascendance orque.

Les demi-orques existent depuis très longtemps mais n'ont jamais donné naissance à la moindre civilisation. Il arrive que certains d'entre eux accèdent à des positions de grand prestige et se fassent une place dans les écrits historiques, mais leurs exploits sont soit accomplis au nom d'un autre peuple, soit, le plus souvent, des actes isolés qui ne sont rattachés à aucune civilisation particulière.

Les orques dont sont issus les demi-orques peuvent être natifs des Monts, découvrez quelques spécificitésde la race orque (notez que les orques ne sont pas jouables sur les Monts Brumeux).

La plupart des demi-orques sont des personnalités bourrues dont l'enfance a été un cauchemar. Trop rudes et trop féroces pour s'insérer sans dommage dans la société des hommes, ils sont également trop fragiles et trop évolués pour s'intégrer à celle des orques. En conséquence, ils doivent le plus souvent grandir seuls, sans la moindre influence ni des uns ni des autres ; ils n'apprennent pas à dissimuler leurs sentiments et obéissent à leurs instincts sans se préoccuper des conséquences.

Ce sont au mieux des nomades, des solitaires et des ermites, au pire des assassins et des sauvages. Privés de pays natal, sans même une famille ou des amis proches sur lesquels s'appuyer, les demi-orques apprennent dès leur plus jeune. âge à s'occuper d'eux-mêmes. Ce trait de leur personnalité peut passer pour de l'avidité ou de l'égoïsme ; pourtant, ayant appris à leurs dépens qu'ils n'étaient nulle part les bienvenus, ils doivent songer à leurs propres intérêts.

Les demi-orques doivent déployer beaucoup d'efforts dans leurs relations avec les autres races. La plupart des gens considèrent que leur ascendance orque s'accompagne de penchants inhérents pour la sauvagerie et la cruauté. Bon nombre de demi-orques renvoient instinctivement cette méfiance et cette nervosité à leurs interlocuteurs.

Il leur est très difficile de nouer des liens d'amitié. La confiance, lorsqu'elle s'établit avec eux, reste toujours une chose fragile, susceptible de s'évaporer au moindre malentendu. Un demi-orque qui se joint à un groupe d'aventuriers ne se sent jamais totalement à son aise parmi ses compagnons, quel que soit le nombre d'occasions où ils lui ont prouvé leur loyauté.
avatar
Daezur
Admin

Messages : 410
Date d'inscription : 05/07/2014
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://montsbrumeux-sl.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Humains et sang-mêlés

Message par Daezur le Mer 17 Sep 2014 - 13:15

Les Aasimars

Les aasimars sont les descendants lointains d'une union entre un humain et un Extérieur d'alignement bon, comme un ange. Ils tiennent cependant beaucoup plus de l'humain que de leur ascendant céleste, et pas l'inverse.

Les aasimars ont l'aspect d'humains, si ce n'est pour une ou deux distinctions (vous n'êtes pas obligé de toutes les avoir) liées à leurs ancêtres peu communs.

Voici la liste exhaustive des traits physiques possibles des aasimars :
- yeux nacrés, dorés, topaze ou opalescents
- cheveux argentés
- peau vert émeraude
- présence de plumes sur les épaules ou dans les cheveux (ils n'ont pas d'ailes)
- voix de stentor
- peau argentée ou dorée.

Contrairement à certaines rumeurs, les aasimars ne possèdent pas certaines caractéristiques :
- Les bras et les jambes sont entièrement humains (pas de "carapace" ou des excroissances, etc.).
- Pas d'aile d'aucune sorte.
- Pas d'aura angélique ou de colonne de lumière autour de soi.

Les aasimars portent en eux l'héritage d'une entité céleste et font preuve d'un potentiel énorme à faire le Bien de par le monde. Mais cet héritage a aussi le malheur de marquer leur différence, ce qui mène souvent à la persécution, la dérision ou l'exil, quand des communautés se montrent superstitieuses ou quelque peu arriérées. Il est même arrivé que des aasimars soient devenus amers devant tant d'adversité, au point de finir au service du Mal.

Les aasimars sont bien conscients de leur spécificité, même lorsqu'ils ne savent pas vraiment quel peut être leur héritage : de nombreux aasimars dont la lignée est restée longtemps endormie n'imaginent même pas quel genre de créature a pu être à l'origine de cette descendance. Deux aasimars issus de la même lignée présentent souvent les mêmes traits distinctifs.

La plupart des aasimars se méfient de leurs voisins humains. S'il arrive que les parents de certains aient parfaitement assimilé la portée de leur héritage, rien ne peut empêcher les regards indiscrets des autres enfants et adultes, car les humains ont peur de ce qui est différent. Les préjugés mènent la vie dure aux aasimars, ce qui est d'autant plus cruel pour ces êtres bienveillants qui n'ont d'autre volonté que d'aider les autres à survivre dans ce monde hostile. Les aasimars sont souvent perçus comme distants, alors qu'il s'agit bien souvent d'une attitude préventive, engendrée par de nombreuses années d'incompréhension. Les aasimars ont sur les véritables célestes un regard mêlé de respect et d'envie. Ceux qui ont de la chance reçoivent de temps en temps un conseil ou l'avis de leur ancêtre céleste et demeurent les aasimars les plus susceptibles de personnifier les vertus célestes telles qu'on les conçoit.

L'attraction de la puissance divine est perçue de manière si aiguë par les aasimars, qu'ils se tournent souvent vers les carrières de prêtre ou de paladin. Certains aasimars préfèrent canaliser leur sensibilité d'un autre monde vers l'art de la musique et deviennent des bardes accomplis. D'autres, plus rares encore, vouent un véritable amour pour la nature sauvage et deviennent druides ou rôdeurs.

Le sang qui coule dans les veines des aasimars les pousse à traquer et faire front contre le Mal, où qu'il puisse se tapir.

Il est rare qu'un aasimar ait un frère ou une sœur également aasimar, car l'hérédité surnaturelle est une chose capricieuse. C'est pourquoi peu d'aasimars finissent par rencontrer leurs congénères. Les rares fois où cela se produit, il y a comme une compréhension tacite qui s'établit entre eux, et un aasimar a de grandes chances de prendre le parti de l'un des siens en discussion, au-delà de toute autre affiliation, ne serait-ce que parce qu'ils se reconnaissent une forme de parenté.

Les aasimars n'ont pas de divinité qu'ils vénèrent en tant que race, mais individuellement ils vouent souvent une adoration envers celle que sert leur ancêtre surnaturel.

Même si les aasimars sont presque des humains, ils se sentent rarement à leur aise dans la société des humains. Ils ont plutôt tendance à mieux s'entendre avec les autres sang-mêlés, à savoir les demi-elfes et les demi-orques, car ils partagent avec les aasimars ce passif de quasi-proscrits.

Les nains, les elfes, les gnomes et les halfelins ne sont ni adoptés ni évités par les aasimars, car si ces races n'ont pas historiquement persécuté les planaires, elles n'ont pas non plus la réputation de les accueillir à bras ouverts. Les genasi, quel que soit leur type, sont bien trop étranges aux yeux des aasimars pour attirer leur sympathie ou stimuler un sentiment de parenté.

Les tieffelins constituent la race qui recueille le plus de méfiance de la part des aasimars, car ceux qui sont touchés par la grâce sainte connaissent la portée de son appel et ne peuvent que trop bien deviner la tentation qui s'adresse à ceux qui ont du sang maudit dans les veines.
avatar
Daezur
Admin

Messages : 410
Date d'inscription : 05/07/2014
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://montsbrumeux-sl.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Humains et sang-mêlés

Message par Daezur le Mer 17 Sep 2014 - 13:16

Les Tieffelins

Les tieffelins sont les descendants lointains d'une union entre un humain et un Extérieur maléfique, comme un démon (certaines de ces créatures devant, bien entendu, recourir à la magie pour endosser un aspect qui leur permette de s'accoupler avec des humains). Ils tiennent cependant beaucoup plus de l'humain que de leur ascendant maléfique, et pas l'inverse.



Les tieffelins ont l'aspect d'humains, si ce n'est pour une ou deux distinctions (vous n'êtes pas obligé de toutes les avoir) liées à leurs ancêtres peu communs.

Voici la liste exhaustive des traits physiques possibles des tieffelins :
- Cornes sur la tête (taille raisonnable)
- Crocs ou dents effilés
- Présence d'une queue de taille raisonnable
- Langue fourchue
- Yeux rouges luisants ou qui rappelant ceux d'un chat
- Plus ou moins que 5 doigts par main
- Discrète fourrure ou peau écailleuse ou à l'aspect du cuir
- Peau rougie ou bleuie et contusionnée
- Peau chaude ou même très chaude au contact
- Odeur de soufre.

Contrairement à certaines rumeurs, les tieffelins ne possèdent pas certaines caractéristiques :
- Les Bras et les jambes sont entièrement humains (pas de sabots, de bras avec une "carapace" ou des excroissances, etc.).
- Pas d'oreilles autres qu'humaines.
- Pas d'ailes d'aucune sorte.
- Pas d'aura démoniaque ou de fumée sortant de la peau.

Les tieffelins portent la corruption du Mal au plus profond de leur âme, c'est pourquoi on les persécute et on les craint dans presque toutes les contrées où ils sont connus. Ceux qui présentent des anomalies physiques évidentes sont tués dès la naissance et ceux dont les distinctions physiques sont plus discrètes se font parfois supprimer par leurs propres parents épouvantés. Il arrive cependant de temps en temps qu'un tieffelin naisse de parents qui ne s'émeuvent pas de son apparence, sont prêts à lui offrir une chance, désireux de tirer profit de ses aptitudes ou suffisamment maléfiques pour vouloir entretenir de telles dispositions. Ce sont ces tieffelins qui ont le plus de chances d'arriver à l'âge adulte. La plupart des tieffelins sont d'alignement mauvais, mais certains ont réussi à triompher de l'influence de leur héritage et se font leur propre avis sur le Bien et le Mal.

Les tieffelins prennent conscience dès leur plus jeune âge de ce qui les différencie de leur entourage et ressentent rapidement d'étranges envies, désirs et besoins liés à leur hérédité maléfique. Les tieffelins descendant dans leur ensemble d'une grande variété de créatures, il est difficile de dire si deux d'entre eux sont parents et, comme ils sont issus de lignées démoniaques, il se peut très bien que deux tieffelins héritiers de démons semblables, voire du même démon spécifique, présentent des aspects très différents.

Les tieffelins ont la même espérance de vie et les mêmes classes d'âge que les humains.

Les tieffelins mènent des vies de bannis. Ils sont craints pour le Mal que perpétue leur hérédité et agissent souvent en adéquation avec cette ascendance, mais apprennent à rester à distance de la population et à dissimuler ce qui les rend si différents. Comme presque tous les planaires, ils sont différents de leurs propres parents et ont rarement grandi dans un environnement baigné d'affection. Les tieffelins sont pleins d'amertume et. s'attendent toujours à être rejetés, même par leurs meilleurs amis, ce qui les pousse facilement à mener des vies de criminels, de dépravés et de monstres cruels. Les tieffelins observent les véritables démons avec un sentiment mêlé de crainte et d'envie.

Certains d'entre eux rejettent catégoriquement la corruption qui pollue leur sang pour chercher la lumière. Ils sont peu à réussir dans cette entreprise bien longtemps, et glissent bien souvent dans la position confortable qui les place à mi-chemin entre le Bien et le Mal. Mais de toutes les créatures qui œuvrent pour le Bien, les tieffelins d'alignement bon sont probablement ceux qui travaillent le plus dur.

Dans la mesure où ils peuvent naître dans des circonstances très variées, la plupart des tieffelins arrivent à l'âge adulte sans avoir connu le moindre de leurs congénères. Compte tenus de leur héritage disséminé et de leurs tendances maléfiques, les tieffelins se méfient les uns des autres, même s'ils aimeraient bien par ailleurs éprouver un sentiment de parenté toute relative avec l'un des leurs. C'est pourquoi il n'est pas rare de croiser un petit groupe de tieffelins, d'états d'esprit proches, à la tète de quelque guilde de voleurs. Il arrive parfois qu'un tieffelin d'alignement bon parte à la recherche des siens dans l'espoir de les sauver des griffes du Mal ou de la persécution, mais pour la plupart d'entre eux, l'égoïsme est tellement de mise qu'une telle idée ne leur a jamais traversé l'esprit.

Les tieffelins traitent la plupart des autres races de la même manière qu’elles : en les regardant de loin. Ils sont très lents à accorder leur confiance et ont toujours peur de voir leurs amis se transformer subitement en ennemis. Les aasimars déclenchent généralement une peur ou un dégoût instinctif chez les tieffelins, ce qui rend particulièrement délicate toute tentative de collaboration entre ces deux races.


avatar
Daezur
Admin

Messages : 410
Date d'inscription : 05/07/2014
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://montsbrumeux-sl.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Humains et sang-mêlés

Message par Daezur le Mer 17 Sep 2014 - 13:17

Les Genasis

Les genasis sont les descendants lointains d'une union entre un humain et une créature élémentaire (souvent un génie, d'où le terme genasi). Ils tiennent donc beaucoup plus de l'humain que de l'élémentaire, et pas l'inverse.

Ces créatures extrêmement rares inspirent méfiance et préjugés, parce que l'opinion publique les considère encore plus qu'étrangers. Il est souvent dit, à tort que les genasis de différents éléments ont une haine naturelle l'un pour l'autre, simplement du fait de leur belligérantes natures élémentaires. En général, un genasi a de l'aversion et n'apprécie aucun autre de son espèce, et pas seulement ceux des différents éléments. Deux genasis (ou plus) sont rarement vus ensembles.

Les genasis ont l'aspect d'humains, si ce n'est pour une ou deux distinctions (vous n'êtes pas obligé de toutes les avoir) liées à leurs ancêtres peu communs.

Leur nature élémentaire est souvent voyante. Les individus présentent toujours une caractéristique ou deux qui révèlent qu'ils sont plus que de simples humains - la couleur de la peau ou des cheveux, une partie du corps spéciale, ou toute autre manifestation qui les marquent presque systématiquement.

De plus, chaque type de genasi dégage habituellement des traits de personnalité relatifs à sa nature élémentaire. Alors que chacun d'eux est un individu complexe, certains restent pratiquement des caricatures de leur héritage. Les genasis de feu sont souvent chaudement tempérés et vifs, alors que les genasis de terre sont lents et méthodiques. Vous trouverez ci-dessous plus de détails au sujet des traits physiques et émotionnels de chaque genasi.

Le patrimoine exact d'un individu genasi est souvent inconnu, et d'ordinaire très difficile à déterminer. De nombreux éléments ont un nombre de races intelligentes différentes dont les genasis pourraient découler, et les créatures élémentaires se répugnent normalement à accepter les demi-races et leurs descendants, ou même d'admettre leur filiation.


Genasis d'air

Les esprits du vent, les djinn, les sylphes, et toutes autres créatures semblables prennent très rarement des humains spécifiques, hommes ou femmes, en tant que conjoints. Les descendants lointains de ces unions sont les genasis d'air, qui se considèrent comme les héritiers légitimes de leur lignée - le ciel, le vent et l'air pur que toutes les autres créatures respirent.

Ces créatures se rencontrent habituellement dans le Plan de l'Air, dans les cités et les châteaux volants des humains, bien qu'on puisse en rencontrer un occasionnellement en compagnie des djinn. Les genasis d'air sont acceptés et même respectés parmi les humains et par les autres créatures non natives qui ont élu domicile dans le Plan de l'Air. N'importe où ailleurs dans les plans, cependant, ils sont aussi mal aimés que les genasis des autres éléments.

En apparence, les genasis d'air varient considérablement, mais ils affichent habituellement un ou plusieurs des traits suivants :
- Une peau ou des cheveux bleu clair
- Une légère volute de brise constante autour d'eux à tout moment, même lorsqu'ils sont en intérieur
- Une voix voilée distinctive, avec des inflexions et des accents étranges
- Une peau très froide au toucher.

Bien que les genasis d'air puissent avoir un nombre de perspectives et de traits de personnalités différentes, la plupart sont arrogants et prétentieux, considérant les autres races comme inférieures (du moins dans une certaine mesure), et les autres genasis comme des rivaux. Les genasis d'air, étonnamment, n'ont pas besoin de respirer, et considèrent ce geste anodin comme un horrible gaspillage d'air pur et vierge. Leur mépris des créatures qui respirent commence ici, et ne fait qu'empirer. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu'un genasi d'air ne peut pas interagir ou même devenir ami avec les membres des autres races.

En dehors de leur arrogance, les genasis d'air sont en général des individus sauvages et insouciants. Ils se soucient habituellement peu de leur apparence, dans la mesure où leurs cheveux ébouriffée et leurs habits mal rapiécés dévoilent simplement le cours naturel des choses à leurs yeux. Emotionnellement, ils passent d'un calme réservé à une grande excitation, avec un petit préavis entre les deux. Ils sont généralement assez chaotiques.


Genasis d'eau

Le flux incessant des vagues, le sel des embruns marins vaporisé dans les airs, les profondeurs infinies de l'océan, son impitoyable obscurité et ses pressions à couper le souffle - tels sont les éléments qui animent le cœur des genasis d'eau, les descendants lointains des rares accouplements entre un mortel et un esprit de l'eau telles qu'une néréide...

Ces enfants élémentaires sont aussi différents de leurs frères qu'ils le sont de leurs parents. Une indépendance d'une sorte incomparable s'élève parmi les rois des mers, donnant lieu à leur attitude unique.

Les genasis d'eau deviennent souvent les orphelins de la mer, élevés par aucun parent, mais pris en charge par quelques créatures marines bienfaisantes. Les dauphins, les baleines, les sirènes ou les tritons élèvent souvent ces exilés, bien que parfois les races plus sombres, telles que les requins, les sahuagins ou même les ixitxachitl recueillent les êtres élémentaires plutôt que de les tuer pour se nourrir. Ces âmes malheureuses sont entraînées avec des pratiques maléfiques, devenant les serviteurs puissants de ceux qui les ont recueillis.

Les genasis d'eau affichent toujours un ou plusieurs des traits physiques suivants :
- Une peau ou des cheveux bleu-vert
- Des yeux bleu-noir
- De légères et très fines écailles qui couvrent le corps
- Une chevelure ondulante et oscillante comme l'eau ou figée comme la glace
- Une voix assourdie qui ressemblant à des sons sous-marins, comme l'écho du chant des baleines
- Une peau froide et mate.

Tous les genasis d'eau sont amphibies, bien qu'ils n'aient pas de branchies visibles. Au lieu de ça, ils respirent simplement l'eau aussi facilement que l'air et nagent avec beaucoup d’aisance.

En parcourant seul la mer, les genasis d'eau explorent et apprennent d'eux-mêmes. Durant leur isolement, ils développent de fortes personnalités, chacune différente de tous autres genasis, mais toujours assortis à chacun des autres dans l'extrême. Certains exhibent des traits d'héroïsme au point de martyre, là où d'autres sont paranoïaques et méfiants à tel point qu'on puisse croire qu'ils divaguent. Cette forte personnalité et ces caractéristiques extrêmes leur donnent l'arrogance commune à tous les genasis.


Genasis de feu

Fougueux et de sang chaud, les genasis de feu ont la chaleur d'une flamme blanche qui brûle dans leur cœur. Ils disent être forgés plutôt que nés (bien que ce soit faux, c'est simplement une métaphore).

Les descendants lointains des humains et des créatures élémentaires, tels que les efrit ou les esprits du feu, sont habituellement massacrés sur le champ par ces derniers, mais quelques uns s'échappent avec leurs parents mortels vers les habitations humaines.

Les moindres créatures sont effrayées par le feu, et les genasis de feu se croient donc naturellement supérieurs - ils se pensent les avatars de cette énergie effrayante et destructrice. Il est facile de s'apercevoir, et même plus qu'avec les autres genasis, pourquoi ceux des autres races n'aiment pas ces êtres arrogants et vifs de tempérament.

Les genasis de feu préfèrent le noir et le rouge pour leurs vêtements et leurs bijoux. L'apparence est importante pour eux, bien qu'ils préfèrent les accoutrements simples et élégants plutôt que ceux criards ou luxueux.

L'apparence physique de ces individus inclue généralement un ou plusieurs des traits suivants :
- Une peau d'un rouge profond ou noire comme le charbon
- Des cheveux aux couleurs chaudes, rappelant des cristaux ou un feu vif (précision : vos cheveux ne brûlent pas et ne produisent ou forment aucune flamme)
- Une voix qui craque comme un feu de branchages
- Une peau chaude ou même très chaude au contact, en permanence
- Des yeux rouges ardents où semblent danser une flammèche.

En personnalité, ces créatures élémentaires restent fidèles à leur héritage - pleines d'énergie, très nerveuses (et même tendues) et promptes à agir. Ils préfèrent l’action aux discours et s’expriment de façons rapide.


Genasis de terre

Vigoureux, inébranlables, et lourds - les Genasis de terre sont les descendants lointains d'un accouplement entre un humain et une créature de la terre, le parent élémentaire étant souvent un dao. Les créatures élémentaires de la terre se soucient peu des créatures de chairs, et de telles progénitures sont donc souvent élevées parmi leurs parents humains.

Bien qu'ils ne soient pas moins arrogants que les autres genasis, les princes de la pierre ne sont pas aussi explicites à ce propos. Leur vanité est la certitude qu'ils sont supérieurs à ceux qui les entourent. Leur proximité à la terre leur procure une connexion aux aspects fondamentaux de l'univers que les êtres inférieurs ne peuvent même pas concevoir.

En apparence, de nombreux princes de la pierre paraissent sales, rêches et robustes comme une poignée de terre et de cailloux ; d'autres semblent aussi impeccables qu'une pierre polie. Ils n'ont pas de préférence particulière pour leurs vêtements, bien que beaucoup d'entre eux choisissent de s'orner, ainsi que leurs possessions, avec des gemmes et des métaux précieux.

Les genasis de terre ont également un ou plusieurs des traits physiques suivants :
- Une peau marron et tannée (rappelant de la pierre)
- Un éclat métallique sur leurs cheveux
- Des traits trapus, un torse et des membres épais
- Des cheveux marrons, noirs ou éventuellement gris
- Une chair rugueuse, un peu grumeleuse
- Une voix profonde et une intonation lente, comme le grondement de la terre
- Des yeux noirs telles de profondes fosses.

Lents à la détente et pesants dans leurs réflexions, les genasis de terre sont loin d'être stupides et apprécient considérer leurs actions et leurs implications potentielles avant d’agir. De toutes les autres races, les nains sont les plus susceptibles de comprendre les genasis de terre (et vice-versa).
avatar
Daezur
Admin

Messages : 410
Date d'inscription : 05/07/2014
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://montsbrumeux-sl.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Humains et sang-mêlés

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum