Drow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Drow

Message par Daezur le Jeu 28 Aoû 2014 - 17:33

Les Drows

L'origine des Drows

La plupart des faits ayant menés à la création des elfes noirs sont connus dans les légendes du peuple elfique, mais leur interprétation diffère grandement suivant que l’on soit d’un côté ou de l’autre.

La Guerre du Chaos fut une période d’intenses conflits pendant près de cinq siècles durant laquelle les races de ce monde frôlèrent plusieurs fois l’extinction. La Lune rouge fut l’annonciatrice et la malveillante témoin des horreurs projetées sur le monde, allant du cataclysme aux hordes démoniaques et mortes-vivantes en passant par des corruptions plus insidieuses.

En outre, de violentes tempêtes de magie striaient ciel et terre, phénomènes surnaturels parmi d’autres en ces temps déréglés. Ces tempêtes étaient principalement constituées de magie brute et instable dont se servaient les serviteurs du Chaos pour lancer leurs sortilèges : ce que les sages appellent à présent magie noire (au terme du conflit, elles se sont apaisées et sont progressivement devenues ce qu’on connait comment étant les Vents de magie).

Au cours du deuxième ou troisième siècle de la guerre, la reine Lolth, dirigeante d’une peuplade elfique, chercha de nouveaux moyens de lutter contre les fléaux s’abattant sur le monde. Elle s’aperçut qu’elle pouvait ressentir l’énergie des tempêtes de magie noire et appris à les contrôler, partageant son savoir nouvellement acquis auprès de ses sujets.

Bientôt, l’armée elfe dirigée par Lolth fut nantie de pouvoirs accrus, utilisant les mêmes sorts que leurs ennemis ou les adaptant pour augmenter l’efficacité de leurs troupes. Cette nouvelle force mena ces elfes à la victoire pendant plusieurs années, mais le prix à payer fut lourd : au fil du temps, Lolth et de ses suivants changèrent physiquement, leur peau se noircissant, leurs cheveux perdant toute couleur et leur prunelles prenant une teinte rougeâtre qui supportait mal la lumière du soleil.

Lolth et son peuple acceptèrent ces transformations comme un sacrifice nécessaire pour assurer la victoire, mais furent blessés par les réactions de leurs pairs, des elfes horrifiés de les voir ainsi s’éloigner de ce qu’ils étaient alors et les conjurant de cesser d’utiliser des énergies que personne ne comprenait vraiment.

Malgré tout, ce qu’on nomma alors les elfes noirs - sans toute la connotation funeste actuelle – continua de mener les assauts à grands renforts de magie noire, leur peau virant à l'ébène et tolérant de moins en moins les rayons du soleil. De plus, les succès militaires obtenus furent entachés par d’autres changements intervenant chez les elfes noirs. Peut-être par magie ou par les rudesse des épreuves qu’ils traversaient (la guerre, le rejet des autres elfes,…), beaucoup de sujets de Lolth connurent de profonds traumatismes conduisant à des crises de paranoïa et des accès de rage, le meurtre dans les cas les plus extrêmes. Ces attaques étaient le plus souvent dirigées sur leurs voisins à la peau claire, ce qui n’arrangea en rien la réputation des elfes noirs.

Une haine larvée, alimentée par la peur, l'incompréhension et le rejet, naquit entre les deux armées cousines. L’essentiel de l’énergie était cependant dévouée à la Guerre du Chaos ; il faut attendre la fin du conflit et la disparition du Fils Premier pour que le schisme éclata entre les elfes et leurs confrères à la peau noire. La principale pomme de discorde tenait à qui était censé garder les Monts Brumeux pendant le sommeil du Fils Premier qui, s'accordant à la légende, repose en dessous.
Les récits sont parcellaires sur ces décennies supplémentaires de troubles internes entre les elfes, parsemés d’intrigues, d’assassinats et d’escarmouches, dans un tourbillon de peur, de haine, de méfiance et de racisme.



Le résultat final fut le bannissement par les autres elfes de Lolth et de son peuple, condamné à l'exil et trouvant refuge au sein de la terre, dans les complexes réseaux de cavernes où régnait l’obscurité que leurs yeux chérissaient à présent. Ils furent appelés « Dhaeraow » (mot elfe signifiant traître) et, quelque peu altéré par les siècles, ce mot a donné le nom par lequel ils sont aujourd'hui connus : Drow.

Pour les elfes, les drows ont été autrefois leurs frères qui ont vendus leur âme dans une vaine quête de pouvoir, leur arrogance les ayant poussé à devenir aussi vils que leurs ennemis.
Pour les drows, ils ont été parmi les seuls à faire de vrais sacrifices pour sauver ce monde, combattant le feu par le feu, et n’ont reçu qu’en récompense que l’ingratitude et l’hypocrisie de leurs anciens frères.
L’exacte vérité ne sera jamais connue - et n’existe peut-être pas - ; ne demeure qu’une haine ancestrale entre ces deux peuples fiers.

Après leur exil dans les profondeurs, les Drows menèrent des existences de nomades, de charognards et de bêtes féroces. Au bout du compte, sous la tutelle de Lolth, ils finirent par former tous ensemble une race et commencèrent à tirer le meilleur parti de leur condition, en s'établissant lentement dans des régions de plus en plus éloignées de leurs patries originelles, loin au Sud.

A la mort de Lolth, celle-ci fut déifiée et devint pour la majorité des Drows leur unique divinité. Cependant, sans bénéficier directement de son charisme et sa sagesse alors qu'elle était mortelle, les Drows ne restèrent pas longtemps unis et s’éparpillèrent dans les profondeurs de la terre.


Particularités des Drows

Les Drows sont dotés d'une peau noire a l'aspect de l'obsidienne polie et leurs chevelures sont d'un blanc absolu ou jaune pâle. Leurs yeux sont le plus souvent rouge-sang, même si l'on en connaît quelques-uns aux prunelles blanches aux teintes lilas, argentés, roses ou bleus.

Ils bénéficient en outre d’une infravision et d’une vision thermique, leur permettant de vivre dans l’obscurité. Néanmoins, cet avantage se paie par une vulnérabilité aux lumières trop vives, comme la lumière du soleil. Engendré par la transformation en elfe noir et entretenu par leur vie sous terre, dans l’obscurité quasi complète, cet handicap fait qu'ils s’aventurent rarement en masse à la surface. Cependant, les combattants suivent un programme d'entraînement et de conditionnement destiné à leur permettre d'agir efficacement à la lumière éclatante de la surface, afin de pouvoir participer à des raids.

Les Drows sont d'une manière générale sadiques, nuisibles et traîtres. Ils se considèrent comme les héritiers légitimes - sinon les sauveurs - d'Euron et n'ont pas oublié ce qu'ils estiment être l'injustice de leur départ forcé vers les profondeurs. En général, les autres races ne sont pour eux que des ennemis contre qui guerroyer ou des êtres méprisables qu'ils tolèrent pour le commerce ou des alliances fugitives.

Entre eux, les elfes noirs se montrent cruels et méfiants. La société des Drows, dont l’empreinte du culte de Lolth est omniprésente, laisse en effet peu de place à l'amour et l'amitié. Lorsqu’ils s’allient, ce n’est que parce qu’ils se savent plus puissants que leurs « alliés », qu'ils détiennent de quoi les faire chanter ou qu'ils ont un ennemi commun qui surpasse leur propre haine mutuelle. Même dans ces cas-là, ils restent sur le qui-vive, à l'affût du moindre indice de trahison.


La société des Drows

Les drows évoluent au sein de sociétés militaires aux bases très religieuses. Leur société est de type matriarcal, dirigée par les plus puissantes des prêtresses. Des siècles de tradition et de pression sociale ont créé une nette séparation entre les hommes et les femmes drows, le culte de Lolth prônant entre autre la dominance de la femme. Les drows ne forment pas de nation mais se réunissent en puissantes et vastes cités-états, terrées dans de gigantesques cavernes. Ces cités commercent les unes avec les autres, mais se livrent également souvent la guerre.

Une cité drow classique est dirigée par un groupe important de puissantes familles, dont la dominante règne sur la ville entière. Chaque famille est, de son côté, menée par une mère matrone, en général (mais pas systématiquement) puissante prêtresse de Lolth. Les luttes intestines sont courantes, voire attendues, entre les familles au pouvoir. La hiérarchie de ces familles varie souvent, même si les maisons les plus puissantes sont moins sujettes à des évolutions dues aux conflits.

Enfin, les cités drows organisent régulièrement des raids à la surface, que ce soit pour se venger d’ennemis, capturer des esclaves ou le plaisir d’occire des elfes. Seules des troupes d’élites, spécialement formées pour l’occasion, sont envoyées dans les missions de ce genre.


Le culte de Lolth

Le culte de Lolth d’alors et celui de notre époque sont très différents ; les explications des changement opérés au fil des siècles sur la religion de Lolth sont aussi noirs et insondables que l’obscurité dans laquelle ils ont eu lieu.

Représentée comme une femme-araignée cruelle et capricieuse, Lolth symbolise le mal que sont les Drows. Le culte apprend que la peur est forte comme l’acier, alors que l’amour et le respect sont doux et inutiles. Ses suivants pratiquent le sacrifice de mâles, d’esclaves et ceux des autres races qui ne croient pas en Lolth. Elle est crainte à la surface, et avec elle le sont les Drows. Peu d’elfes de la surface parle d’elle en bien, la grande majorité d’entre eux la détestant.

En outre, certaines grandes cérémonies Drows leur permettent d'entrer en contact avec des entités difformes et démoniaques connues sous le nom de Yochlols. Ce sont elles qui servent d'entremetteurs entre les Lolth et ses suppliants, fournissant conseils et connaissances magiques - quand ils ne sont pas occupés à transmettre des ordres ou punir les impudents -.

Enfin, Lolth (ou ses serviteurs Yochlols) teste une fois dans leur vie les mâles les plus méritants à son service, les transformant en monstres homme-araignée en cas d'échec. Ce procédé, qui tient parfois d'un caprice divin, est l'une des raisons supplémentaires de la suprématie de la femelle drows sur le mâle - une partie des plus compétents de ces derniers étant appelés à disparaître -.


Les Drows et la magie

Ceux qui suivent Lolth bénéficient d’une partie de sa puissance sous la forme de magie noire - qui est l’assemblage, souvent grossier et tumultueux, de tous les Vents -. La société favorise les femmes drows prêtresses, car la Reine Araignée préfère les serviteurs de son propre sexe : en suivant l’exemple de leur première reine, ces "prêtresses" profitent des conseils et de la protection (toute relative) de leur divinité. Il en résulte des facilités d’apprentissage de la magie noire et une atténuation du Contrecoup et de la Malice lors de la focalisation des sorts.
Quiconque s’essaie à la magie noire sans l’assentiment de Lolth ne bénéficie d’aucun avantage et court le risque, s’il est pris sur le fait, d’être pourchassé et exécuté par ses congénères.

En outre, les Drows sont doués en magie profane, celles des Vents, ce qui en fait la voie courante qu’emprunte de nombreux mâles Drows en vue de devenir sorcier.

Que ce soit du fait de leur nature ou parce qu’ils ont oublié comment faire, les elfes noirs sont incapables de recourir à l’énergie émanant des Etincelle de Vie : la magie sacrée, qui utilise la trame d’Auras des êtres du monde, n’est donc pas employée par les Drows.

Néanmoins, l’apprentissage de la magie impie comme la nécromancie (qui tire son art de l’utilisation directe de l’Etincelle de Vie des êtres vivants) est un art relativement accepté, mais sa pratique est tellement dangereuse - pour le pratiquant comme pour l’entourage - que son apprentissage reste rare, même dans les profondeurs.


Conseils d’interprétation

* Voici quelques autres idées justifiant votre présence à la surface : fugitif d’une maison drow détruite par une maison ennemie, recherché pour usage de magie interdite ou culte interdit, troupe d’élite envoyée en mission prolongée de reconnaissance, Drow ayant abandonné les manières maléfiques de ses congénères et en fuite vers un "monde meilleur", etc.

* Les Drows sont à peu près unanimement détestés, ne vous étonnez pas si votre personnage attire de la défiance (voire de l'hostilité ouverte) des autres. Se montrer discret est la meilleure approche pour survivre à la surface.

avatar
Daezur
Admin

Messages : 410
Date d'inscription : 05/07/2014
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur http://montsbrumeux-sl.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum